Passer au contenu principal

Flash marchés du 22 au 26 janvier 2018


 

​le 26 janvier 2018

 

Environnement économique

 
Zone euro : l’enquête (PMI) auprès des entreprises montre une nouvelle expansion de l’activité en janvier. Le résultat s’inscrit à un plus haut niveau depuis juin 2006. Cela laisse anticiper une révision à la hausse des prévisions de croissance (autour de 2 % actuellement) et d’inflation (autour de 1,5 %) en 2018.
 
À la suite de la réunion de la Banque centrale, Mario Draghi a déclaré que l’accélération de la croissance a été plus importante que prévu au second semestre 2017. Ces propos ont alimenté la hausse du l’euro face au dollar, d’autant qu’il a ajouté que l’institution n’avait pas pour cible les taux de change.

 

États-Unis : le Secrétaire au Trésor américain s’est félicité de la baisse du dollar, ce qui a entraîné une hausse des rendements aux États-Unis et, à un degré moindre, en zone euro. Ces propos ont contribué à alimenter la poursuite de la baisse du dollar contre les principales devises.
 
Les entreprises, à l’occasion de la présentation de leurs trimestriels, profitent de la réforme fiscale récemment votée pour verser des bonus à leurs salariés et mettent en place des plans de formation supplémentaires. Ainsi, JP Morgan Chase, première banque américaine par les actifs, va augmenter de 10 % en moyenne les salaires de 22 000 employés, dans une fourchette de 15 dollars -18 dollars heure. Elle va aussi également embaucher 4 000 personnes et ouvrir 4 000 agences dans les villes où elle n’était pas présente. Les analystes considèrent que la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés va permettre à la banque d’économiser 4 milliards de dollars par an.
 

Marchés financiers

 
Taux : les rendements négatifs perdent du terrain. La Suisse a vu son taux à 10 ans redevenir positif, alors qu’elle offrait une rémunération négative pour les emprunts d’État jusqu’à 15 ans de maturité. Le phénomène est général et s’étend à l’ensemble des pays. C’est la conséquence directe de la normalisation des politiques monétaires pour la plupart des Banques centrales. Pour la France, les rendements ont été négatifs jusqu’au titre à 9 ans de maturité. Aujourd’hui, les taux sont redevenus positifs à partir de 5 ans de durée de vie (0,10 %). Dans le monde, le pourcentage d’emprunt d’État à taux négatif est passé de 17 % à la mi-2017, à 20 % aujourd’hui.
 
Actions : les indices de la zone euro ont été pénalisés par la chute du dollar qui handicape les ventes des grandes entreprises cotées, ainsi que leurs comptes de résultat. Aux États-Unis, près du quart des entreprises du S&P 500 ont publié leurs comptes trimestriels. Sur cette base, les ventes progressent en moyenne de 7,9 % et les bénéfices de 9,8 %. Mais les investisseurs redoutent les conséquences de la rhétorique protectionniste de l’administration, ce qui freine la hausse des indices qui évoluent toujours à des niveaux très élevés.
 
Rédigé le vendredi 26  janvier 2018
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  

acces directs
Contacter un conseiller